Rechercher

Comment gérer la douleur

Quel comportement adopter face à sa propre douleur, pour ne pas en être trop imprégnée et rendre triste les autres ? Que ce soit une douleur psychique donc émotionnelle mais aussi pour les douleurs physiques. Les philosophies orientales parlent souvent en les différenciant de douleur et de souffrance. J'avais dû mal à comprendre au début. En fait on n'échappe pas à la douleur, qu'elle soit physique ou mentale. Par contre dès qu'elle survient on surajoute à cette douleur des implications, des interprétations, des peurs, des projections qui amplifient ce que l'on ressent. C'est cette amplification qui constitue la souffrance. Et on est conditionné dès l'enfance à cela, tellement que cela nous paraît normal. Mais en observant bien sa pensée, on finit par différencier les 2. Et si vous vous dites en plus "que vous rendez triste les autres". C'est ce genre de pensée qu'il faut ne pas surajouter à notre douleur. Car de penser à cela ne change rien à ce que ressent votre entourage. Par contre cela aggrave votre culpabilité et donc votre souffrance. Vous allez me dire que vous ne pouvez pas vous empêcher de penser à cela. Pourtant en observant bien ce qui se passe en vous-même, et même si cela prend du temps, vous arriverez à dissocier la douleur de la souffrance. Je n'ai pas de baguette magique et chaque individu, et donc chaque douleur et souffrance, est unique. Mais cela demande de la constance et lorsque ces pensées négatives surviennent, malgré tout, dîtes vous qu'elles ne font qu'aggraver les choses et n'apportent aucune solution, qu’elles sont inutiles. Tout cela peut paraître naïf, illusoire ou trop facile mais en fait ce sont ces pensées inutiles qui sont naïves, illusoires et trop faciles à accepter. Avec tendresse


4 vues0 commentaire